cecicela.com : Azimut Passions !
Google
 

Accueil > A découvrir ! > Les Fouteurs de Joie... on en a bien besoin !

Les Fouteurs de Joie... on en a bien besoin !

jeudi 19 juin 2003

Bon, vous le savez qu’il y a un nouvel album...
Ben il y a aussi des concerts... c’est pas comme en avril,
Alors, en juin, remettez-vous

Répondre à cette brève

11 Messages

  • Quel est le programme DES FOUTEURS DE JOIE pour 2005 ???

    Bonne année àtous...

    repondre message

  • > Les Fouteurs de Joie... on en a bien besoin !

    22 mai 2004 19:23, par Zeina Ajaltouni

    Y’aura-t-il des concerts en vrai de vrai àPaname en Juin 2004 ??? Et ne me dites pas non....!
    Zeina.

    repondre message

  • > Les Fouteurs de Joie... on en a bien besoin !

    2 octobre 2003 20:05, par Capell Emilie

    Les fouteurs de Joie

    Je me présente je m’appelle Emilie la meilleure amie de Joanne.
    Quand elle est revenue de Bretagne elle me parlé que de vous, elle m’a fait découvrir vos chansons qui sont d’ailleurs belles et vraies
    Juste ces quelques mots
    Merci car quand elle est revenue de son séjour, j’ai retouvé ma ptite Jo, ma fée.Nous partagions les même passions
    Je pense que vous êtes de vrais artistes
    Je ne vous connais que par ses mots j’éspère un jour vous rencontrer
    Je vous souhaite tout le bonheur qui soit, bonne chance
    Emilie

    repondre message

    • je tourne en rond 21 mars 2004 10:41

      quel est ce besoin de chercher àretracer sa route ? quellle est cette envie irreprescible de comprendre ? une fée ? quoi, cela veut donc dire que l’on aura rien retenu de sa leçon, Joane n’était pas fée, elle était femme, quand comprendrons nous que sa mort comme les restes de sa vie ne nous appartiendrons jamais, elle nous a tout donné pourquoi vouloir lui prendre encore ?
      Je ne me présente pas je ne suis personne pas même un nom, je suis moi, elle nous manque, ne nous servons pas d’elle afin de créer du sentiment, il ne faut pas se complaire dans la tristesse, c’est un miroir déformant qui nous fait apparaître l’amertume aussi douce que le sucre, allons jusqu’au bout de tout, même de sa mort.

      repondre message

  • > Les Fouteurs de Joie... on en a bien besoin !

    31 août 2003 12:41, par François ZAMBITO

    « â€¦ Il me semble qu’on sonne le glas. C’est mon train qui arrive, mon train vers l’au-delà. Il fait froid. Si froid. Mais quelle heure est-il ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. Il est tôt. Je t’aime. Le soleil est là. Je t’aime. Unis mon amour, ma vie je t’aime plus que tout au monde. C’est bientôt l’heure. Je t’aime. Adieu, donc ! Je t’attendrais. Adieu ! Je t’aime ! Eternité …  »

    Voilàcomment se termine la lettre d’Adieu que laisse notre fille Joanne (17 ans 10 mois) àson « Roméo  » (25 ou 26 ans).

    Le 16 mai 1986 arrivait dans ce monde un joli poupon ; tellement beau que toute la clinique en était émerveillée. Sages-femmes, infirmière, personnel divers se pressaient devant la vitrine où on l’avait exposée sur un écrin ; comme un bijoux très précieux.

    Très vite, Joanne s’est révélée comme une enfant particulière ; si mignonne qu’elle n’avait qu’àsourire pour embobiner tout son monde.
    Jeune enfant, des cheveux bouclés lui arrivant àpeine aux épaules (déjàun Ange), elle s’est révélée d’une nature extrêmement sensible. De sa voix cassée, elle nous régalait des chansons de Patricia KASS (originaire de notre région ; nous sommes de Forbach 57). Dès sa prime adolescence, douée pour l’écriture, elle rédigeait des poèmes qu’elle ne se lassait pas de nous lire. Artiste accomplie, nous lui avons offert pour ses 15 ans, un orgue, acheté àbon prix dans une brocante. Dès lors, il ne s’est pas passé un jour sans qu’elle ne joue ; autodidacte, elle a même composé quelques morceaux, aujourd’hui perdus pour l’éternité.

    Joanne fà»t un personnage. Que ce soit en classe où ailleurs, elle n’hésitait pas àprendre la défense de l’opprimé. Nous sommes allés àla rencontre des gens qu’elle a connus, des lieux qu’elle a fréquentés ; partout les commentaires ont afflué en ce sens. Un jour, avec son argent de poche (10 €), elle emmène un SDF dans un bistrot et lui paie un sandwich et une bière ; ce n’est qu’un exemple.

    Ce 17 mars, par amour pour son « Roméo  », qui n’a pas compris combien elle pouvait l’aimer ! … elle a mis fin àses jours … par le train.
    La veille, nous avons fêté l’anniversaire de sa sÅ“ur ; quelle joie de vivre se dégageait de sa personne ; elle riait, plaisantait ; elle a mangé et bu plus que de raison. Nous étions heureux de la voir comme cela … et puis … l’heure d’aller se coucher … elle regarde sa petite famille une dernière fois, embrasse son père qui sommeillait sur le fauteuil, sur le front, et regagne sa chambre. C’est là ! qu’à00 heure 47, elle commence sa lettre d’adieu àJ….., par cette phrase : « La nuit hante mes yeux, je ne voulais que boire àses lèvres  ».
    Au petit matin, son frère la réveille ; mais elle ne descend pas comme d’habitude ; elle évite tout contact avec les siens ! Papa est au lit ; il ne va pas tarder àce lever ; il entend un bruit de porte ; un bruit pas comme les autres, qui lui broie l’estomac ; mais il ne sait pas ; non il ne s’imagine pas ! Il presse le pas ; dévale les escaliers et, trouve Joanne, accroupie, tirant sur la fermeture éclaire de sa bottine, les yeux rivés vers son géniteur. Mais papa ne sait pas ; il ne saura que trop bien. Il embrasse la prunelle de ses yeux, qu’il accompagne d’un « bonne journée ma chérie, àce soir  ».
    10 heures 47 ; le 17 mars 2003 ; le train passe et emmène avec lui un bonheur qui semblait éternel, tant notre petite famille (3 enfants) était perçue, vue de l’extérieur, comme un clan.

    Ma petite Joanne, ton père porte un tatouage te représentant, sur son épaule gauche ; IL Y AURA AU MOINS UN HOMME QUI T’A DANS LA PEAU.

    Voilàl’histoire synthétisée de Joanne ; alors pourquoi vous l’adresser àvous « LES FOUTEURS DE JOIE  », quels interlocuteurs plus sérieux que vous puis-je trouver, dans ce monde triste et gris, où le sentiment, l’amour, n’ont plus beaucoup de place. Je suis en colère ; mais j’aimerais que notre épreuve serve ; je suis au service des adolescents malheureux, incompris ; je ne pourrais pas faire grand-chose ; mais au moins prêter une oreille ; écouter les jeunes ; les prendre au sérieux. SECOUONS NOUS !

    Pourquoi vous ? Parce que Joanne vous a rencontré le 09 aoà»t 2002, accompagnée de sa sÅ“ur Doriane. Vous avez bu un verre ensemble ; vous leur avez proposé de dîner ensemble, mais cela n’a pu se faire ; Doriane devait s’occuper de son chien, resté seul àLANDIVISIAU (29). L’un de vous lui a répondu « qu’on ne lui avait jamais encore fait ce coup là ».

    De retour de Bretagne, Joanne n’a pas cessé de passer votre CD 6 titres, acheté lors de votre représentation donnée au café de L’Aurore àMORLAIX. Il s’agissait notamment de la soirée de clôture du festival des arts de la rue. Vos chansons ont, dans un premier temps inondé notre maison ; puis, le jour des obsèques l’une d’entre elle « â€¦ le cÅ“ur au bord des lèvres …  », a été passée lors de la messe. Toute l’assistance a été touchée, tant les paroles lui collaient àla peau.

    Désormais, toute la famille au sens large, vous connaît àtravers vos chansons. Nous avons même prénommé notre tortue « LOLA  ».

    Joanne mérite une chanson ; àdéfaut, nous élevons un hymne aux « FOUTEURS DE JOIE  ».

    J’aimerais Joanne t’élever une stèle ; composer une chanson ; mais … je ne suis ni poète ; ni musicien ; je ne suis pas artiste. Ta mère et moi sommes les géniteurs d’une jeune fille exceptionnelle et que nous aimons pour …l’ETERNITE.

    François ZAMBITO BANYULS SUR MER (66650)

    repondre message

    • je vous comprends je suis passez par la un matin 06h30, on toque a la porte je me leve ouvre la porte , croyant que c’etait mon papa qui rentrer, la joie était forte mais fausse joie un meme homme en uniforme mais pas mon papa il me dit je peut voir ta maman .
      Courant la chercher tout content car pour moi c’etait un ami a mon papa. ma mere ferme la porte, moi dans ma chambre j’entend ma mere s’effrondrait en larme et la mon sang est devenu glacial comme si quelqu’un me traverser j’avais compris etait-ce mon pere ? A ce moment la beaucoup de chose nous traverse l’esprit .
      la mon petit frere se leve je lui dit tu sais papa est mort sans comprendre ni pleurer il retourne se couchait. J’ ai passer un jour qui sera a jamais dans ma tete.
      Je ni croyait pas , je me suis dit perdre son papa est impossible , ne pas pouvoir dir papa ne pas le voir a sortir d’ecole mais exploit papa ! papa !
      Dans l’apres midi mon frere se sen souvenait pas , j’avai pas envie qu’il souffre ,qu’il soit pas dans le meme etat que moi pas maintenant il est trop jeune, alors j’ai pas pu je lui est dit papa il reviendra .
      Pendant trois mois il ya eut quan ma mere avec un grand courage lui annonce ( encore un moment dans ma vie que je noublirai pas).
      Et apres on vous fait croire a dieu mais exiiste til je crois plus mon pere il l’aurait jamais enlever.
      Voila un pti mot pour vous soutenir et Pour moi mon pere est dans chaque gendarme que je cotois on est une grande famille
      gros bisous

      repondre message

    • François,
      J’ai trouvé ce matin ton texte.
      Comment te dire ce que j’ai ressenti ?
      Que cette ultime lettre accompagne tes pas jusqu’au jour de la fusion avec ceux qui partagent notre sens du mot Amour.
      Albert

      repondre message

    • > Les Fouteurs de Joie... on en a bien besoin ! 17 octobre 2005 16:04, par Johanne

      Ce message s’adresse àM. et Mme Zambito, Doriane et Anthony, de la part d’une Johanne qui vous a connu il y a bien longtemps déjà... J’espère que j’arriverais àtrouver les bons mots pour vous exprimer toute la peine que j’ai pu ressentir, et que je ressens encore aujourd’hui ; j’espère trouver les bons mots parce que je me manifeste bien tard, j’espère ainsi arriver àvous dire tout ce que j’ai peut-être besoin de vous écrire...
      Joanne et Johanne étaient les deux meilleures amies àChâteauneuf, et puis la distance nous a séparé et fait que l’on ne s’est plus jamais revues...
      Je garde un merveilleux souvenir de Joanne, j’ai conservé photos, lettres et dessins, tous les moments que l’on a partagé et je ne l’oublierai jamais, elle restera toujours dans un coin de ma tête, mais surtout au plus profond de mon coeur...
      Je voulais simplement vous dire que je partage votre peine et votre douleur. Sachez que je contribuerai moi aussi àce que la mémoire de Joanne ne s’éteigne jamais.
      Johanne.

      Voir en ligne : Johanne

      repondre message

      • > Les Fouteurs de Joie... on en a bien besoin ! 10 décembre 2005 13:20, par Joë lle et François

        Johanne (ROCHE)- Si tu repasses par là, tu trouveras la page qui est consacrée ànotre fille Joanne sur le site cecicela.com dans la rubrique PAROLE.
        Merci pour ces quelques mots ... sache qu’elle ne t’a jamais oubliée.
        Tu peux également nous joindre ... quelque part sur ce site tu trouveras notre adresse e-mail.
        Gros bisous
        Joë lle et François

        repondre message

Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l'accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.