cecicela.com : Azimut Passions !
Google
 

Accueil > Les Rencontres > Professions Variées > Isabelle, la vie au jour le jour…dans son taxi !


Isabelle, la vie au jour le jour…dans son taxi !

dimanche 22 juillet 2001, par simone redon

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

Jeune femme souriante, avenante, Isabelle Gachère a choisi de conduire un taxi àParis.


Isabelle - Devient-on chauffeur de taxi par vocation, par amour des voitures, par hasard… ?

- Pas par hasard, c’est sûr, parce que tout d’abord, j’aime conduire, j’aime le contact avec les gens. Un ami m’a conseillé de faire ça quand j’ai arrêté mon ancien métier(chef de cuisine).

- C’est un univers très masculin, est-il facile de s’imposer dans ce milieu ?

- La majorité des chauffeurs de taxi sont des hommes mais les femmes y viennent de plus en plus. Il faut faire sa place, c’est un monde de "machos"mais beaucoup sont très gentils et sympas, ils nous ont aidé…

- Y-a-t-il une grande solidarité parmi les chauffeurs de taxi ?

- Elle existe, je n’irai pas jusqu’à dire qu’elle est grande. Cela dépend du contexte : si on se retrouve tous dans une "réserve "à Roissy par exemple, c’est très agréable, on discute, on fait connaissance, mais ailleurs, c’est très différent c’est chacun pour soi. Certains "s’accaparent " un territoire…

- Comment sont les relations avec vos collègues femmes, sont-elles plus solidaires ?

- Non, non, c’est pareil qu’avec les hommes, en fait, il y a un fossé entre celles qui ont commencé il y a longtemps, à l’époque ce n’était pas facile, elles ont du métier, un peu revêches, elles savent comment prendre le client et les collègues, et puis celles qui forment une sorte de "nouvelle vague", beaucoup de femmes arrivent dans le métier, je crois que la plus jeune a 23 ans et ça va jusqu’à 40.

Isabelle dans son Taxi

- Des clients refusent-ils de monter dans le taxi parce que c’est une femme au volant ?

- Non, j’ai eu deux réflexions mais c’était pour rire et ils sont montés !

- Où prenez vous vos clients, les endroits sont-ils définis ?

- Au début, je tournais avec mon taxi et m’arrêtais à la demande, je me suis vite rendue compte que cela me faisait rouler sans cesse, même si c’est une bonne occasion pour apprendre à connaître Paris, c’est quand même très fatigant ; alors que si l’on se met dans les stations taxi on a autant de clients et cela permet un peu de repos entre deux courses. En plus, on observe la rue, on repère le client, quelquefois de loin, qui va travailler, se promener, à un rendez-vous, cela se voit sur leurs visages ! J’ai beaucoup appris à observer, et puis il se passe tellement de choses dans la rue.

- Vous travaillez pour une société ou en tant qu’artisan ?

- En fait, je suis locataire : je loue la plaque et la voiture pour travailler, c’est comme un loyer, après avoir payé les frais, le reste est pour moi. Je n’ai rien investi, en tant qu’artisan il aurait fallu un investissement d’environ un million de francs.

- Vous travaillez de jour ou de nuit ?

- De jour, je commence vers 5 h.30 jusqu’à 15 ou 16 heures, nous ne devons pas dépasser les 10 heures par jour, tous les jours si on veut.

- Quel genre de client préférez-vous convoyer ?

- Je les aime bien, en général, j’aime les gens, il y a ceux qui parlent, ceux qui se taisent et qui restent absorbés dans leur journal ou en conversation avec les téléphones portables… il y a ceux qui râlent sur la conduite des autres à tel point qu’on dirait que ce sont eux qui conduisent, donnent des conseils etc. la clientèle est très variée.

- Vous devez avoir beaucoup d’anecdotes ?

- oh oui ! là comme ça c’est difficile mais par exemple, une dame est, un jour montée dans ma voiture en me disant : ’"je sais que vous n’en avez rien à faire mais je vais vous raconter ma vie, j’ai besoin de parler et vous vous oublierez" et elle m’a raconté sa vie, je n’aurais pas voulu être à sa place, elle avait pas mal de problèmes ! mais sa façon de lancer son monologue m’avait amusée.

- Quels trajets préférez-vous ?

- Les longues distances comme Roissy ou Cergy-Pontoise sont plus reposantes, une seule fois on m’a demandé d’aller à Roannes, c’est agréable, surtout que la cliente était sympathique ! sinon, les petites courses dans Paris sont plus fatigantes.

- Vous arrive-t-il d’attendre longtemps le client ?

- Au début un peu, mais maintenant il m’arrive d’aller me "cacher" avec ma voiture pour prendre un peu de repos ! et puis, je commence a avoir une clientèle d’habitués, ils font plus ou moins les même trajets, régulièrement et ils m’appellent.

- Refusez-vous d’aller dans certains quartiers ?

- Quand le client est dans la voiture, je n’ai pas le droit de refuser. Je dépose le client et je vais ailleurs, je suis pressée de partir et il se peut que si un client me hèle, je ne le voie pas, pas exprès, je ne le vois pas, c’est tout. Je n’aime pas certains quartiers, même si je pense qu’il n’y a pas plus de risques qu’ailleurs.

- Quelle serait la voiture de vos rêves pour exercer votre métier ?

- Actuellement, j’ai une 406 breack, pratique pour les bagages, évidemment, pour le confort, je ne refuserais pas une des dernières Volvo, mais ça ne me dérange pas.

- Votre travail vous rend heureuse ?

- oui, j’ai toujours le sourire pour aller travailler ! au début, les gens n’arrêtaient pas de me dire qu’ils aimaient ma bonne humeur. Quand j’étais chef de cuisine, à la fin ça n’allait plus, je suis partie, avant j’ai fait de la coiffure aussi, pendant 4 ans ! Le jour où je n’aurais plus envie de sourire, il faudra que je change de métier, je suis comme ça !

Plus d’infos sur ce métier

L’invitée de cecicela en 5 questions :

Votre plus grande passion ?

- La pêche sportive

Votre dernière grande émotion ?

- La perte de mon chien

Votre plus grande aversion ?

- le mensonge

La cause que vous aimeriez défendre ?

- Les enfants maltraités

Qu’est-ce qui vous manque le plus ?

- l’amour à long terme

Répondre à cet article

6 Messages

  • Bonjour,

    n ayant trouvé qu une seule compagnie qui propose
    un service réservé aux clientes femmes : y a t’il un moyen de contacter Isabelle Gachere.
    Merci par avance.

    repondre message

  • Isabelle, la vie au jour le jour…dans son taxi !

    7 juillet 2007 07:52, par copin sophie

    Bonjour,je suis egalement une femme artisan taxi dans le gard depuis 2005,a son inverse,je subis des pressions,des menaces,des calomnies,etc,etc.tres difficile a vivre,mais je continue même la peur au ventre.
    ici,c’est un territoire que les primaires veulent garder même s’ils n’ont pas compris qu’il fallait s’ouvrir a l’exterieur...ils veulent garder un monopole au détriment des touristes et clients qui attendent a l’arrivee en gare désoeuvrés l’apparition d’un taxi TRAN ...
    Isabelle et courageuse,et, lui souhaite de continuer dans ce sens.
    bonne journee a vous
    copin sophie:taxiteur

    repondre message

  • je comprends votre passion de la conduite et des gens. Savez-vous si c’est un métier en voie de développement, ou s’il y a plutôt saturation ? je vous souhaite beaucoup de courage et de clients !

    repondre message

  • bravo pour ce courage, mais dommage de ne plus être chef de cuisine, c’est un beau métier... bon courage dans ce métier de macho débile.

    repondre message


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP
ReferencementCe site est listé dans la catégorie Actualité et médias : Webzine, e-zine Dictionnaire

Votez pour ce site au Weborama